fond euro assurances vie

Good Value for Money, le “prescripteur de contrats d’assurance” a effectué son diagnostic des réserves des richesses en euro. La tendance de l’année 2018 de l’assurance-vie montre une croissance constante des fonds.

En 2012, 1,43% des sommes présentes en euros, plus de 2% en 2014, la croissance continue en 2016 et les sommes présentes en euros constitue plus de 3%, et 3,58% fin 2017. Les études faites par Good value for Money (GVFM) envisage que la provision pour participation aux bénéfices (PPB) moyenne de ces richesses en euros de l’assurance-vie a plus que triplé en 5 ans. La PPB est parfois appelée la provision pour participation aux excédents (PPE). La PPE est la réserve pour chaque assureur. C’est une réserve de richesses que chaque assureur peut constituer au sein de son « actif général ».

Ce qui est important à comprendre, l’assureur ne monopolise pas ces fonds de richesses dont il dispose. La législation oblige les compagnies d’assurance à les « rendre » aux assurés dans les 8 ans. Par conséquent, ce qui a été approvisionné en 2011 doit être restitué au plus tard en 2019. Toutefois, il y a une particularité concernant la PPB. Donc pour les détenteurs d’assurance-vie la PPB doit être versée sans donner pour autant de précision concernant ces détenteurs. En plus, rien n’interdit à l’assureur de privilégier certains souscripteurs au détriment d’autres épargnants. On peut en déduire que l’argent n’est pas versé en intégralité au même fonds.

La raison d’être de la réserve en fond euro:

Logiquement, il se pose la question de la raison de cette tendance de constituer cette réserve. La PPB a un rôle de coussin en cas de crise financière. Ces fonds à capital garanti doivent permettre de garder la capacité de rémunérer en cas de baisse importante des taux du marché. En plus, cela est censée d’assurer un rebond des performances. La croissance significative de cette provision s’explique par la pression de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). Il a un rôle de régulateur qui invite les assureurs d’agir avec prudence, notamment face à la conjoncture durable de taux bas.L’habitude des compagnies d’assurance de provisionner s’est développé depuis 2014, cependant, les proportions se différencient.

Assureurs disposant d’importantes réserves:

Assureurs 2012 2017
GMF Vie (Covéa) 1,67% 5,61%
ACM Vie (Crédit Mutuel Alliance fédérale) 1,25% 5,05%
MMA Vie (Covéa) 0,85% 4,64%
Sogécap (Société Générale) 1,08% 4,57%
BNP Paribas Cardif 1,54% 4,45%

Ces compagnies d’assurance présentent le « TOP 5 » dans le secteur. Cependant, les plus petits acteurs trouvent aussi sa place. A titre d’exemple on peut citer :

  • Milleis Vie (5,54%)
  • Matmut Vie (6,85)

D’autre part, en comparaison du marché, il y a une PPB faible :

  • Axa (1,24%)
  • Groupama Gan Vie (1,66%)
  • Aviva Epargne Retraite (0,85%)

Facteur discutable : solidité d’un fonds

 

Good value for money, en effectuant ses études, anticipe le fait que la croissance va se poursuivre. Le niveau envisageable, selon Good value for money, est proche de 4%. On peut se demander si cette croissance constante des réserves constitue la solidité des fonds en euros des ces différents assureurs en se basant sur la PPB. La réponse qui en découle n’est pas facile. En fait, il ne s’agit que d’un indicateur parmi d’autres en la matière.

Il y a un risque que la croissance importante de PPB peut cacher des perspectives sombres et obscures pour certains titres en portefeuille. A titre d’exemple on peut coter certaines dettes souveraines souscrites par l’assureur. Concernant ces dettes, la provision a pour but de compenser les pertes éventuelles de certaines de ces dettes. D’autre part, ça peut être une stratégie choisie expressément. Notamment, afin de prendre plus de risques en respectant la législation européenne en matière de fonds propres. GVFM ajoute « A titre d’illustration, un assureur-vie qui aurait 2% de PPB pourrait absorber 5% d’actions supplémentaires dans ses actifs.

 

Une « réserve de rendement » importante

Le site prescripteur examine aussi d’autres instruments pour améliorer la situation financière des fonds en euros. Notamment, la réserve de capitalisation, c’est-à-dire une réserve qui « appartient aux assurés » donc qui ne contribue pas au rendement des fonds en euros. GVFM explique que son rôle est de « permettre d’absorber d’éventuels chocs obligataires ». En plus, on peut citer les plus-values latentes, c’est les gains potentiels sur un titre qui n’a pas été encore vendu, donc dans le secteur immobilier et des actions en portefeuille.

Selon les statistiques, les compagnies d’assurance dispose d’une « réserve de rendement » de 9,28% à fon 2017. Pour avoir une idée, en fin 2012 c’était 3,87% et 7,72% fin 2016. On peut constater que ces fonds constituent les ressources inattendues pour obtenir des résultats dans les années à venir.

CNP Assurances

CNP Assurance est le détenteur du plus gros portefeuille d’assurance-vie en France. Il est devant Prédica (Crédit Agricole). L’encours global affiché est 288 milliards d’euros en 2017. Selon les études effectués par Good value for money, 255 milliards sur les fonds présentant une garantie en capital. Il s’agit de 11,59% de « réserve de rendement » :

  • PPB: 11 milliards d’euros, soit 4,41% des encours du fonds en euros
  • Réserve de capitalisation: 2 milliards d’euros, soit 0,85%
  • Plus-values latentes immobilières: 3,5 milliards d’euros, soit 1,37%
  • Plus-values latentes en actions: 12,5 milliards d’euros, soit 4,96%
PPB 11 milliards d’euros 4,41% du fond en euros
Réserve de capitalisation 2 milliards d’euros 0,85%
Plus-values latentes immobilières 3,5 milliards d’euros 1,37%
Plus-values latentes en actions 12,5 milliards d’euros 4,96%